Ruinart fait peau neuve

Ruinart fait peau neuve

La plus ancienne des maisons françaises de champagne change de packaging. Son nouvel emballage se présente comme : disruptif, écologique, sans plastique, 100% recyclable… Une autre ère s’inaugure ?

Ruinart fait peau neuve :  nouvel écrin.
Le nouvel écrin appelé à remplacer les coffrets.

La Maison Ruinart a un nouveau packaging pour ses cuvées R, R Millésimé, Rosé et Blanc de Blancs. Il se veut révolutionnaire parce qu’éco-conçu, zéro plastique, 100 % recyclable et plus léger. Cet étui remplacera les coffrets utilisés jusque-là. Il sera dévoilé lors du salon Vivatech, en juin 2020, à Paris, et déployé progressivement en Europe de l’Ouest à partir du 4e trimestre.

L’histoire de l’entreprise champenoise se conjugue depuis ses origines avec innovation. Après nombre de nouveautés, elle développe cette fois-ci un écrin innovant donc. Il se compose de fibres naturelles de bois des forêts européennes (éco-gérées), facilement et intégralement recyclables. Son rôle consiste à préserver l’intégrité du goût Ruinart jusqu’à la dégustation. Comme une seconde peau en papier, il épouse et souligne les courbes emblématiques du flacon. Son touché brut est une évocation raffinée des Crayères, caves historiques de la Maison, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. La mise au point de cette texture est une performance technologique.

Disruption écologique

Ruinart fait peau neuve, emballage plus léger.

Le nouvel étui est 9 fois plus léger que le précédent coffret. Il réduit de 60 % l’empreinte carbone par rapport à l’actuel emballage. La Maison a initié une démarche d’éco-conception dès 2012. C’est donc une étape de plus vers un développement éco responsable. Ruinart veut être plus respectueuse de l’environnement, de la vigne à la dégustation.

Fondée en 1729, la Maison Ruinart est celle de toutes les audaces. Toute première à produire le champagne, elle fut aussi la première : à commercialiser un champagne rosé en 1764, à acquérir des crayères millénaires idéales pour le vieillissement des vins, à collaborer avec des artistes en 1896 en commandant à Alphonse Mucha de réaliser une « réclame » pour promouvoir ses vins, à utiliser des caisses en bois pour le transport de ses flacons en 1769…

« Avec cet étui seconde peau, la Maison Ruinart confirme son rôle pionnier en Champagne, et son ambition en termes de responsabilité sociale et environnementale. Ce projet disruptif incarne en termes de packaging notre engagement pour un développement plus durable sur l’ensemble des étapes d’élaboration et de commercialisation de nos produits, depuis la conduite de la vigne jusqu’à l’expérience de consommation. » explique Frédéric Dufour, Président de la Maison Ruinart.

Ruinart fait peau neuve, https://www.ruinart.com/fr-e L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Carte Blanche à l’Agapé

Carte Blanche à l’Agapé

Le restaurant parisien 1 étoile au Guide Michelin propose un repas pour la Saint-Valentin. Au menu des produits d’exception, frais, de saison et créatifs de la gastronomie française.

Carte Blanche à l'Agapé, la une
©Karine Sicard Bouvatier

L’Agapé se présente comme un restaurant gastronomique confidentiel niché dans le 17e arrondissement de Paris. L’ambiance s’y veut cosy. Le décor s’inspire de l’écume de mer, avec des murs ornés de beaux tableaux. Son concept : servir des produits saisonniers, à la fraîcheur et qualité exigeantes, privilégiant le circuit court. Ce lieu se prête donc bien au jeu de la fête des amoureux.

Carte Blanche à l'Agapé : Saint Jacques
Coquille Saint Jacques.

Son promoteur Laurent Paire et son chef Benoit Dumas ont conçu un menu « Carte Blanche à l’amour » . Dédié à la Saint Valentin, il suggère aux amoureux un repas fin, merveilleux et jouissif. Ce 14 février, cupidon a fléché les 30 couverts. Sa mission, célébrer l’amour dans une table rare et intimiste. Une promesse d’exaltation des sens gustatifs et de bonheur à découvrir.

Coquille Saint Jacques : dessert.
Dessert.

À l’amour !

Canapés et amuses bouches.
Saint Jacques, poutargue de caviar et vinaigrette aux agrumes.
Tartelette Truffée, Artichaut, Foie Gras et Cochon.
Veau, Langoustine et Caviar Petrossian.
Cavatelli à la Truffe Noire.
Boeuf et Pommes soufflées et Truffe noire.
Comté Millésimé et Truffe Noire.
Chocolat Grand Cru Nyangbo.
Mignardises.

Bon appétit !

« Carte Blanche à l’Agapé », Restaurant l’Agapé, menu dédié à la saint Valentin « Carte Blanche à l’amour », Prix : 250 € par personne, 51 rue Jouffroy-d’Abbans 75017 Paris, https://www.agape-paris.fr/ Ouvert de 12h à 14h30 | 20h à 22h30. ©Karine Sicard Bouvatier.

La maison des fragrances

Interview croisée des 2 scénaristes de la bande dessinée qui amène à Grasse, la capitale du parfum. À travers un drame familial, elle plonge dans les arcanes des parfumeurs. La BD est co-écrite par un seigneur du genre Éric Corbeyran et Christophe Mot issu de cette industrie. Piotr Kowalski, signe les dessins. Elle fourmille de rebondissements, familiaux, professionnels et sentimentaux. 

La maison des fragrances
La maison des fragrances

1/ Pourquoi avoir choisi d’inscrire cette saga familiale dans l’univers de la parfumerie ?

Christophe Mot : j’ai travaillé pendant plus de 25 ans dans le domaine du parfum et de la cosmétique. J’ai souhaité partager avec Eric Corbeyran ma passion pour cet univers créatif. Le but, faire découvrir les rouages de cette industrie prestigieuse.

2/ Quelles ont été les sources d’inspiration autour de la famille Capella ?

Corbeyran : Le monde de la parfumerie et notamment celui des maisons de composition est toujours dirigé depuis son origine par de grandes familles. Sans s’inspirer en particulier de l’une d’entre elles, l’approche du contexte familial entrepreneurial permet de renforcer la dramaturgie des relations professionnelles. Elle demeure une source d’inspiration inépuisable pour la création d’une grande saga.

Comme un brief olfactif

3/ La Maison des Fragrances est une série qui se déroule dans un univers très codé : la parfumerie. Comment vous êtes-vous documenté ?

Christophe Mot : Avec Eric, nous avons tout d’abord partagé ensemble mon expérience du monde de la parfumerie, depuis la conceptualisation, jusqu’à la création puis la commercialisation d’un parfum ainsi que les parallèles avec le monde du vin pour lequel nous avons une passion commune.

Ensuite, avec l’aide notamment de The Fragrance Foundation France, nous avons organisé des rencontres avec des acteurs principaux de l’industrie. De grandes maisons nous ont ouvert leurs portes. Nous avons participé à la prestigieuse soirée annuelle organisée à Paris par la Fragrance Fondation. Celle-ci récompense les meilleurs parfums. Enfin, nous avons enfin rencontré des maîtres parfumeurs dans leur laboratoire. Afin qu’ils nous révèlent- mais toujours sous le sceau du secret- les arcanes de la création d’un nouveau « jus ».

4/ Pourquoi avoir choisi le support de la bande dessinée pour raconter cette saga familiale ?

Christophe Mot : À la source de la création d’un parfum, il y a toujours une recherche d’association entre des mots et des images. C’est ce qu’on appelle un « brief olfactif ». Quoi de mieux du coup que la bande dessinée pour illustrer cette démarche créative ! Passionné par la Bande Dessinée, travailler avec Eric Corbeyran était à la fois un rêve et une évidence pour mener à bien ce projet.

5/ La fin du tome 1 laisse entrevoir des drames et tragédies à venir au sein de la famille Capella et de son entourage : avez-vous déjà la suite en tête ?

Corbeyran : Nous avons déjà en tête la trame des prochains développements de l’intrigue chez les Capella qui promettent de nombreux rebondissements afin de faire découvrir au lecteur d’autres facettes du monde de la parfumerie.

La maison des fragrances, scénaristes : Éric Corbeyran et Christophe Mot, dessins : Piotr Kowalski. Format : 23,5 x 31,3 cm • Pages : 56 • Prix : 14,95 € En librairie le 26 février 2020. Édition Robinson http://www.editions-robinson.fr/

Straker s’empare de Paris

Straker s’empare de Paris

L’artiste muraliste internationalement connu s’expose en France en grande première. Il présente une oeuvre éphémère au Canal Saint Martin et 17 murals et 20 vitrines de façades de boutique à la Vallée Village.

Straker s’empare de Paris

Organisée par la Vallée Village, située en banlieue parisienne, l’exposition de Straker dure jusqu’en mai 2020. Comme Banksy http://parisluxus.fr/banksy-sexpose-a-paris ou JR, cet artiste australien a pour espace d’expression la rue. Ses créations sont des trompe-l’oeil lumineux étalés sur des fresques murales géantes.

Sa prestation inaugure l’année 2020 de La Vallée Village. L’outlet de luxe lance sa campagne « Let Yourself Glow » : révélez-vous ! Un concept destiné à pimenter et dynamiser les vies et les envies de mode. Au programme shopping, plus de couleurs, sneakers, sweat shirts et produits de beauté éclatants. La Vallée Village réputée pour être le repère de grandes marques Bon Chic Bon Genre, se la joue street art donc cool et relaxe.

« Le néon style »

Straker s’empare de Paris : Canal Saint Martin
Fresque éphémère du Canal Saint Martin

Les influences de Straker sont le skate-board et la culture du graffiti new yorkais. Il a développé une technique unique : le bombage au spray fluorescent. Avec ses fresques monumentales taguées en Australie, à Hong Kong ou à New York, il déploie son Neon Style. Ce genre donne l’illusion du néon en deux dimensions et non en trois. Strake : « Je commence par peindre ce qui sera le reflet du néon. Puis je pulvérise la couleur, créant ainsi l’éclat. J’applique ensuite un contour décalé, qui sera vu comme le « tube » de néon. Enfin, je vaporise à nouveau de la couleur pour la touche finale. » 

Straker s’empare de Paris : Straker à l'oeuvre
Straker s’empare de Paris

Avec le talent d’un prestidigitateur, Straker crée des fééries, des enchantements qui transposent au pays des merveilles. La Vallée Village fait un beau coup en abritant la première apparition française de l’artiste.

Straker s’empare de Paris, Vallée du Village, Val d’Europe, 3 cours de la Garonne 77 700 Serris, jusqu’en mars 2020. https://www.tbvsc.com/la-vallee-village/fr

"Modern Day Warrior Princess" par Ziad Nakad

"Modern Day Warrior Princess" par Ziad Nakad

Le designer d’origine libanaise a présenté  sa collection PE 2020  lors de la dernière fashion week parisienne. Son défilé de mode étincelant s’est tenu à l’hôtel Intercontinental, le 22 janvier. Fidèle à son ADN, il rend hommage à la beauté et au pouvoir de la femme. Délectez-vous !

"Modern Day Warrior Princess" par Ziad Nakad : 1
©Imaxtree for Méphistophélès

Ziad Nakad, l’habilleur de Miss France pense la « Modern Day Warrior Princess ». La femme active à succès de notre temps. Son idée rendre hommage à la férocité, la douceur, la détermination, l’ingéniosité et la compassion de celle-ci. Cette véritable princesse dompte son époque en étant électrique et éclectique.

"Modern Day Warrior Princess" par Ziad Nakad : 2

Le créateur haute couture utilise : la tulle, la soie et le taffetas mélangés à de l «organza et de la mousseline comme tissus pour valoriser son corps. Ses robes moulent les silhouettes, instrument de pouvoir et de beauté pour en faire des sirènes. Ces héroïnes du quotidien usent de leur force et féminité. Les robes de Ziad sont donc des signes extérieurs de puissance et d’élégance. Les cristaux, perles et autres menus détails faits à la main, soulignent leur sensualité que les nuances de bleu, de vert d’eau, de jaune soleil, de pêche et d’or subliment.

"Modern Day Warrior Princess" par Ziad Nakad : 3

« Modern Day Warrior Princess » par Ziad Nakad collection Printemps Eté 2020 à la Paris fashion Week, mercredi 22 janvier, hôtel Intercontinental, lors de la dernière fashion week parisienne. https://www.ziadnakad.com/ ©Imaxtree for Méphistophélès. © Videopolis

Swarovski x Jean-Paul Gaultier

Swarovski x Jean-Paul Gaultier

Plusieurs events en un seul. La célébration du 50e anniversaire de la carrière du designer, son dernier défilé haute couture et sa collab avec le roi du cristal haut de gamme fêtant ses 125 ans.

Défilé Jean Paul Gaultier © Fashion Feed

Swarovski a fourni 700 000 cristaux fournis à Jean Paul Gaultier, dans le cadre d’une énième collaboration entre les 2 marques. Le joaillier a mis à disposition : des pierres à coudre, pendentifs, perles, transferts de cristal et perles de cristal. Le couturier a créé 18 looks clés et 25 accessoires haute couture. Ils ont été portés par des mannequins et des célébrités comme Joan Smalls, Dita Von Teese, Erin O’Connor, Yasmin Le Bon, Rossy de Palma, Jade Parfitt, Cristina Cordula, Amanda Lear et Iris Mittenaere. Dévoilant ainsi à travers un défilé un aperçu de la collection JPG automne / hiver 2020 pour l’Atelier Swarovski.

Swarovski x Jean-Paul Gaultier

Swarovski et Jean Paul Gaultier ont un partenariat créatif remontant à 1997. Cette longue et belle collaboration se construit autour de temps forts. En 2015, l’enseigne centenaire a soutenu «From the Sidewalk to the Catwalk». Une rétrospective majeure du travail du designer organisée par Thierry-Maxime Loriot et tenue au Grand Palais à Paris et à l’HypoKulturhalle de Munich. La même année, JPG travaillait sur la coupe de cristal Swarovski «Kaputt». En 2018, il a joué dans «L’âme de Swarovski», un film de 4 minutes d’Eric Valli. Un portrait intime du processus créatif de l’entreprise nominé aux Oscars.

L’adieu d’une légende

Swarovski x Jean-Paul Gaultier : JPG & Bella Hadid
JPG & Bella Hadid

Le 22 janvier au théâtre du Châtelet, Jean Paul Gaultier a fait ses adieux à la haute couture. Comme à son habitude, il a présenté un défilé de mode festif, provocateur, punky, atypique, subversif, créatif… Ce génie en son genre a fait bouger des lignes en un demi siècles. Il en a cassé des codes dans cet univers parfois guindé et discriminant. Par exemple, il a fait défiler des séniors ou des femmes en surpoids quand personne n’y pensait par exemple. « Tout le monde est beau » disait-il en 2018. C’est une belle âme ayant tant créé, tant donné. Qui oubliera son célèbre bustier à bonnet ou encore sa valorisation des marinières ? Parti réalisé d’autres rêves, le créateur manquera à la haute couture. Ça c’est sûr !

Swarovski x Jean Paul-Gaultier : bustier

Swarovski, fondée en 1895 en Autriche, dit concevoir, fabriquer et vendre des cristaux de haute qualité. Ses créations sont de véritables pierres précieuses, des diamants et de la zircone. Dans sa gamme de produits finis il y a aussi des bijoux et accessoires. Par ailleurs la société propose des solutions de décoration intérieure et d’éclairage. Nadja Swarovski fonde en 2007 L’Atelier Swarovski. Vitrine de la créativité de la marque, elle fait des collaborations saisonnières de bijoux et d’accessoires 2 fois par an, en marge de ses collections.

Swarovski x Jean-Paul Gaultier : Marinière
Swarovski x Jean-Paul Gaultier

Swarovski x Jean-Paul Gaultier, 22 janvier au Théâtre du Châtelet à Paris. https://www.swarovski.com/fr-FR/ https://www.jeanpaulgaultier.com/fr-fr/

PARIS FASHION WEEK 2020

Maisie Wilen

Maisie Schloss : PARIS FASHION WEEK 2020
Maisie Schloss

Une suite de l’hôtel Meurice de Paris a servi de cadre à la présentation de la jeune créatrice américaine. Elle se montre avec ambition et talent à la Fashion Week de Paris, le 15 janvier dernier. Maisie Schloss a travaillé pendant 3 ans pour la marque Yeezy de Kanye West. En grande première, elle lance en juin Maisie Wilen, à Los Angeles. Sa propre griffe donc combine son prénom au nom de jeune fille de sa mère. Le succès de son lancement fait d’elle « le plus grand buzz de la mode de 2019 aux US. »

Il faut dire que Maisie a bénéficié de la bourse de l’incubateur de start up de mister Kanye West. L’artiste pluri dimensionnel, rappeur, créateur de mode, outre-atlantique mise sur la créativité de celle-ci. Sa famille et les Kardashian en sont les premières fans. Kim, Kylie, Kendall et même North West (sa fille de 6 ans) sont les égéries de Maisie Wilen. D’autres stars et vedettes de premier plan leur ont emboîté le pas. Quelques noms : Megan Rapinoe, Camila Mendes, Jorja Smith.

PARIS FASHION WEEK 2020
PARIS FASHION WEEK 2020 : 2
PARIS FASHION WEEK 2020 : 3
PARIS FASHION WEEK 2020 : 4

Le style de Wilen est parfois habillé souvent décontracté mais le fond reste sportif. Les matières utilisées autant que certaines découpes ont un caractère de praticité avéré. Son design est coloré, léger donc gai et amusant. Pour celles qui recherchent la différence, eh bien service leur est rendu. Même si on retrouve ça et là des tendances du moment. On peut résolument croire que cette jeune femme a du talent. Nous ne sommes qu’au début d’une belle aventure.

Série Paris fashion week 2020

Maisie Wilen

SÉRIE PARIS FASHION WEEK 2020, Maisie Wilen, Meurice hôtel Paris, 15 janvier.

https://maisiewilen.com/

Paris Sneakers Summit N°1

Paris Sneakers Summit N°1

L’association Son of Sneakers organise en co-production avec la société Skoleom, une manifestation consacrée à la culture des baskets. Elle fait certes un zoom sur leur place au ciné. Mais de multiples attractions animeront également ce sommet.

Paris Sneakers Summit N°1 : Nike
Nike

La première édition du Paris Sneakers Summit https://sonofsneakers.fr/ se tiendra les 25 et 26 janvier prochains. Le site Paris Event Center http://www.parisevent-center.com/ situé à la Porte de la Villette (XIXème), abritera cet événement. Dans un espace de 4500 m2, rendez-vous est donné au grand public. Objectif : rendre un vibrant hommage aux baskets dans le cinéma.

Son nom de baptême « Les sneakers de la rue au grand écran » met en exergue l’action des réalisateurs et personnages de fiction. L’idée est de revenir sur le parcours de cette chaussure urbaine passée de produit de consommation à objet populaire culte.

Diverses attractions

Paris Sneakers Summit N°1 : Reebok
Reebok

Les visiteurs sont promis également à une expérience immersive dans un décor de ville des nineties. Une cinquantaine d’exposants animeront des stands. Priorité faite aux jeunes talents (créateurs, marques, artistes, bar à custom) qui s’inspirent de la culture sneakers dans leur activité. Chaque stand se présentera comme un îlot faisant référence à un film, une série ou un personnage.

Dans le coin muséal, un focus se fera sur la chronologie de Spike Lee plus une mise en avant du succès au box office « Forrest Gump ». Un espace se dédiera aux baskets uniques de collectionneurs. Par exemple on pourra voir l’une des rares répliques au monde de la « De Lorean » avec la Nike Air Mag de Retour vers le Futur. La manifestation fera aussi la part belle à « Space Jam » (où jouent 2 immenses méga stars de ces temps là Michael Jackson et Michael Jordan).

Cerise sur le gâteau

 : Docteurs Sneakers, l'un des participants
Docteurs Sneakers, l’un des participants au Paris Sneakers Summit N°1

Une vingtaine d’intervenants de renommée échangeront sur l’histoire de la mode sneakers pendant des conférences. Également programmés, des workshops créatifs et artistiques avec la marque POSCA. L’initiation au Dubble Dutch avec les Ropestylers, des spectacles dansants avec le B Family Crew meubleront le temps. Pour la restauration, l’Ardoise d’Arpajon a spécialement conçu une carte street-fooding. Un skate park accueillera les fans cette discipline sportive indissociable de la culture basket. Il y aura des initiations au long board.

La marque LA Gear signe son grand retour mondial à cette occasion. Paris a ainsi l’honneur de célébrer en quelque sorte ce vrai événement dans l’événement. La griffe emblématique des « branchés » des années 90, revient avec 3 collections phares : LA Gear Tech, LA Gear Flame , LA Gear Original.

Bande annonce officielle du film Space Jam. ©Warner Bros. France

Paris Sneakers Summit N°1. https://sonofsneakers.fr/ Dates : 25 et 26 janvier 2020 Horaires : de 10h à 19h Lieu : Paris Event Center, 20 Avenue de la Porte de la Villette, 75019 Paris Prix de l’entrée : 1 journée : 11€ – 2 journées 16€ Legit Pass 1 jour 25€ (Samedi ou Dimanche)

Collab Dormeuil x The Shoe Surgeon

Collab Dormeuil x The Shoe Surgeon

À l’occasion de la Fashion Week parisienne,  Legacy surprend. Le concept store parisien dévoile une collection inédite de baskets. Une création que signent la reine du tissu et le roi de la customisation de sneakers. Avis aux aficionados et collectionneurs !

Collab Dormeuil x The Shoe Surgeon : vert & gris &
Collab Dormeuil x The Shoe Sergeon deux coloris vert & gris

Dormeuil, le créateur de tissus de luxe en France et en Angleterre depuis 177 ans, s’associe à The Shoe Surgeon, entreprise artisanale de customisation de sneakers de Los Angeles. Les deux ont conçu et fabriqué à la main, 50 paires de sneakers en tissu Dormeuil, en édition limitée.

La collection est disponible en deux coloris, gris et vert. Les baskets sont constitués de Sportex® revisité pour s’adapter aux chaussures. Ce tissu sportif inventé en 1922 s’inspire de l’une des étoffes les plus réputées de la maison française. Un fil réfléchissant combiné en torsion dans le tissu à carreaux embellit les 2 modèles. Et puis, la série de baskets grises associe 2 tissus différents, intégrant chacun la lisière caractéristique. De fines perles de verre filées, incorporées dans la trame, mélangées dans l’étoffe pendant le tissage, offrent un rendu saisissant. À cela s’ajoutent des traitements innovants contre les bactéries, les taches et la pluie, pour une durabilité et un confort parfaits.

Collab Dormeuil x The Shoe Sergeon : le tissu
Le tissu Sportex® de Dormeuil

Le comble du chic !

Dormeuil, spécialiste des tissus de laines rares, choisit avec soin et éco-responsabilité ses matières premières. https://www.dormeuil.com/fr La maison a bâti sa réputation autour de son exigence sur la qualité de ses produits haut de gamme et sa capacité à toujours être dans l’air du temps. La présente collaboration avec The Shoe Surgeon, figure incontournable des passionnés de sneakers, en est l’illustration. https://theshoesurgeon.com Innovante, moderne et intemporelle, cette collab est un grand et rare moment de mode pour les aficionados des sneakers.

Collab Dormeuil x The Shoe Sergent : la verte
la basket verte.

Legacy, la boutique avant-gardiste fondée par Sébastien Chapelle et BOW Group distribue en exclusivité la série de 50 baskets. Basée à Paris au rez-de-chaussée de l’hôtel Barrière Fouquet’s, elle se pense comme un lieu inédit. Sa singularité, garantir un service personnalisé à ses clients. Elle vend des produits exclusifs des univers high tech, art de vivre, horlogerie, grooming, joaillerie, beaux livres, etc.

Collab Dormeuil x The Shoe Sergeon, Legacy Paris, https://www.legacy.paris rez-de-chaussée de l’hôtel Barrière Fouquet’s, 46 Avenue George V, 75008 Paris.

LU, 1 siècle d'histoire revue

LU, 1 siècle d'histoire revue

Une exposition présente la marque emblématique de biscuits de France. Du 4 avril 2020 au 3 janvier 2021, sa vie, son avant-gardisme, ses innovations font l’objet d’une retrospective inédite. Un rendez-vous pour le grand public, les collectionneurs et les gourmands.

LU, 1 siècle d'histoire revue : logo 1930.
Logo LU des années 30, ©François Lauginie/Château des ducs de Bretagne – Musée
d’Histoire de Nantes

Le Musée d’histoire de Nantes présentera plus de 1500 objets, dessins et peintures portant sur l’entreprise Lefèbvre – Utile, LU. L’exposition « Un siècle d’innovation » zoome sur la période de 1846 à 1957. C’est-à-dire de son ouverture en 1846 à la création de son logo en 1957 par Raymond Loewy. Le parcours du visiteur illustrera de grands moments de l’existence de cette société familiale devenue internationale.

En quoi consiste le secret du succès de LU de 1900 à 1950 ? Rappelons que ses concurrents du moment comme Pernot ou Olibet avaient fermé. Un acteur y joue un rôle majeur : Louis Lefèbvre – Utile. Le fils de Jean-Romain Lefèbvre et de Pauline-Isabelle Utile, le couple fondateur, a le sens marketing. À coup de belles campagnes de promotion, d’actions commerciales ingénieuses, de messages rassurant adressés au public, il développe la compagnie et la marque. Son adage « Séduire l’oeil pour susciter la gourmandise ». Les dessins des biscuits, leur packaging, diffusion, publicité le racontent.

LU, 1 siècle d’histoire revue : Illustration, Alfons Mucha (1860-1939), © Château des ducs de
Bretagne – Musée d’histoire de Nantes

La saga du « Petit beurre »

Aux quatre coins de la planète, qui ne connait pas le Petit-Beurre de LU ? Ce biscuit ravit les palais des enfants, jeunes et moins jeunes. Il est le produit emblématique de la marque depuis plus d’un siècle et demi. À l’avenant, le Petit Écolier est l’autre biscuit phare. L’occasion est donc donnée au grand public d’aller déguster autrement ces desserts au Palais des Ducs de Bretagne.

Image © France3 Pays de la Loire

LU, 1 siècle d’histoire revue. Expo : LU, UN SIÈCLE D’INNOVATION (1846-1957) du 4 AVRIL 2020 > 3 JANVIER 2021, au musée d’histoire de Nantes. http://www.chateaunantes.fr/