Baselworld, le plus grand salon d’horlogerie du monde s’est tenu du 21 au 26 mars

Baselworld, le plus grand salon d’horlogerie du monde s’est tenu du 21 au 26 mars

Le grand barnum international de l’horlogerie et de la bijouterie de luxe a commencé jeudi dernier. Pendant plus de 6 jours, a rassemblé au moins 100 000 visiteurs à Bâle, en Suisse. Au programme les dernières innovations et nouveautés des plus grandes marques de montres et de bijoux. Voici nos coups de coeur.
Oyster Perpetual Sea-Dweller, 14 700 €

ROLEX Sea-Dweller, conçue pour les profondeurs. Plus à présenter, le célébrissime horloger suisse lança en 1967 ce modèle qui tout aussi emblématique de la marque. Né en pulvérisant les records de résistance en plongée et d’étanchéité, cette Rolex sait se renouveler. Point besoin de trop en dire. https://www.youtube.com/watch?v=KFaHL-QU6V4

MUSE, l’art au service du temps. Marque de montres suisses, créée en 2016 par 2 ingénieurs helvétiques, Pascal Robert et Frédéric Leuba, sa particularité est de n’avoir pas d’aiguilles. Elles sont remplacées par des motifs finement ouvragés qui tournent à la vitesse des heures, des minutes et des secondes. Résultat : poésie et esthéitique. Philosophie : savoir prendre son temps. C’est beau et troublant. Tanoura, Akylon et Kagura sont les modèles pour homme. Il en existe pour les femmes aussi. La dernière Tanoura fait sensation.

L.U. C Quattro, 23 700 €

CHOPARD présente sa Quattro L.U en édition limitée à 50 unités. Classique incarnant l’élégance selon l’essence de la haute horlogerie traditionnelle. En or blanc 18 carats, équipée d’un boîtier de 43 mm, ses finitions correspondent aux exigences de qualité du Poinçon de Genève. Grâce à ses possède 2 paires de barillets, elle a une incroyable réserve de 216 heures, soit 9 jours.

Hublot x Ferrari Classic Fusion Ferrari GT, 26 900 €

HUBLOT et FERRARI croisent leurs mondes. Les univers de la haute horlogerie et des supercars s’unissent à travers ces deux symboles du luxe et dévoilent cette fois la Classic Fusion Ferrari GT. Un monstre racé et high tech au design ultra contemporain. Hublot a bossé le moteur et Ferrari la carrosserie en introduisant par exemple de façon inédite le Carbone 3D pour éditer le boîtier. Produite en 500 exemplaires, elle impose le style et fait planer l’esprit « Gran Turismo ». https://www.youtube.com/watch?v=8d1r_tlg0sQ


Supreme, au nom des collab’

Supreme, au nom des collab’

La marque New Yorkaise de streetwear chic s’est fait un nom en s’associant à d’autres emblèmes d’univers comme la mode ou le sport. Jouant à fond la carte de la stratégie de la rareté, elle est un vrai phénomène commercial.

Supreme est dite la griffe la « plus cool de ces 10 dernières années ». En tout cas elle est un réel phénomène de la mode. Une sorte d’Apple du vêtement, une lovemark comme on dit en pub.

Il faut dire que sa stratégie marketing est bien huilée avec le fameux « Drop », le réassortiment du jeudi. Dans la boutique du Marais à Paris, la 2e en Europe, la 11e du monde, les articles sont vendus au compte-goutte pas plus d’un même produit par personne. Les « chanceux » qui réussissent à s’en procurer effectuent un véritable parcours du combattant avant. Des heures de queue pour accéder aux produits Supreme. Il faut être armé de patience, c’est exactement la même chose dans toutes les boutiques du monde.

Une forte communauté

Il y a de vrais fans (des jeunes de plus de 18 ans et les autres) de la marque qui sont prêts à débourser des sommes folles pour un article au logo rectangulaire, le hoodie box logo. Un T-shirt peut être vendu jusqu’à 1400 € alors qu’il vaut 150 € en boutique. L’idée c’est de posséder ce que d’autres ne peuvent pas avoir. Aussi un marché parallèle existe qui satisfait les clients surexcités qui ne peuvent pas se taper des heures de queue. Des revendeurs prospèrent en ligne notamment sur Facebook ou Instagram aux différentes communautés qui n’ont cesse de grandir.

Le roi de la collab

«Le Chanel du Streetwear» fait des collections capsules avec plusieurs grandes enseignes comme : Louis Vuitton, Nike, Adidas, North Face, Vans, Lacoste, NBA, Public Enemy, Romowa… etc. A chaque fois, c’est l’effervescence et le succès assuré. Cette marque fondée en mode contre culture est devenue un gros business. Aujourd’hui Supreme fondée par James Jebbia est valorisée à 1 milliard d’euros.

« La Nuit Étoilée », l’expo numérique immersive consacrée à Vincent Van Gogh

« La Nuit Étoilée », l’expo numérique immersive consacrée à Vincent Van Gogh

Du 22 février au 31 décembre 2019, à l’Atelier des Lumières dans le 11e, à Paris, est présentée une création mêlant son et lumière pour découvrir l’intense oeuvre de l’artiste hollandais différemment.

En immersion dans l’Atelier des Lumières

La Nuit Étoilée raconte les 10 dernières années de la vie du peintre hollandais. Une période vive où Vincent Van Gogh peignit pas moins de 2000 tableaux. Le concept de l’expo : s’immerger littéralement dans l’univers du génie tourmenté à travers son et images. Concrètement tout l’espace de l’Atelier est couvert des toiles de l’artiste sur fond musical. La visite est une plongée dans l’expressivité, la puissance et le style de l’artiste (mariant à merveille ombre et lumière, couleurs vives et nuances) dont l’immense talent a été ignoré de son vivant.

« Les Mangeurs de pomme » (1885)

L’escapade à travers les plus grands chefs-d’œuvre de Van Gogh est une production de Culturespaces (organisme privé qui gère des monuments historiques, musées et centres d’art) et une réalisation de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi.

En marge de l’expo numérique, une cinquantaine d’œuvres phares de Van Gogh seront présentées avec nom, date de création et musée d’exposition.

Expo : Van Gogh, La Nuit Étoilée, du 22 février au 31 décembre 2019, Atelier des Lumières, 38 Rue Saint-Maur, 75011 Paris