Ruinart fait peau neuve

Ruinart fait peau neuve

La plus ancienne des maisons françaises de champagne change de packaging. Son nouvel emballage se présente comme : disruptif, écologique, sans plastique, 100% recyclable… Une autre ère s’inaugure ?

Ruinart fait peau neuve :  nouvel écrin.
Le nouvel écrin appelé à remplacer les coffrets.

La Maison Ruinart a un nouveau packaging pour ses cuvées R, R Millésimé, Rosé et Blanc de Blancs. Il se veut révolutionnaire parce qu’éco-conçu, zéro plastique, 100 % recyclable et plus léger. Cet étui remplacera les coffrets utilisés jusque-là. Il sera dévoilé lors du salon Vivatech, en juin 2020, à Paris, et déployé progressivement en Europe de l’Ouest à partir du 4e trimestre.

L’histoire de l’entreprise champenoise se conjugue depuis ses origines avec innovation. Après nombre de nouveautés, elle développe cette fois-ci un écrin innovant donc. Il se compose de fibres naturelles de bois des forêts européennes (éco-gérées), facilement et intégralement recyclables. Son rôle consiste à préserver l’intégrité du goût Ruinart jusqu’à la dégustation. Comme une seconde peau en papier, il épouse et souligne les courbes emblématiques du flacon. Son touché brut est une évocation raffinée des Crayères, caves historiques de la Maison, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. La mise au point de cette texture est une performance technologique.

Disruption écologique

Ruinart fait peau neuve, emballage plus léger.

Le nouvel étui est 9 fois plus léger que le précédent coffret. Il réduit de 60 % l’empreinte carbone par rapport à l’actuel emballage. La Maison a initié une démarche d’éco-conception dès 2012. C’est donc une étape de plus vers un développement éco responsable. Ruinart veut être plus respectueuse de l’environnement, de la vigne à la dégustation.

Fondée en 1729, la Maison Ruinart est celle de toutes les audaces. Toute première à produire le champagne, elle fut aussi la première : à commercialiser un champagne rosé en 1764, à acquérir des crayères millénaires idéales pour le vieillissement des vins, à collaborer avec des artistes en 1896 en commandant à Alphonse Mucha de réaliser une « réclame » pour promouvoir ses vins, à utiliser des caisses en bois pour le transport de ses flacons en 1769…

« Avec cet étui seconde peau, la Maison Ruinart confirme son rôle pionnier en Champagne, et son ambition en termes de responsabilité sociale et environnementale. Ce projet disruptif incarne en termes de packaging notre engagement pour un développement plus durable sur l’ensemble des étapes d’élaboration et de commercialisation de nos produits, depuis la conduite de la vigne jusqu’à l’expérience de consommation. » explique Frédéric Dufour, Président de la Maison Ruinart.

Ruinart fait peau neuve, https://www.ruinart.com/fr-e L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Carte Blanche à l’Agapé

Carte Blanche à l’Agapé

Le restaurant parisien 1 étoile au Guide Michelin propose un repas pour la Saint-Valentin. Au menu des produits d’exception, frais, de saison et créatifs de la gastronomie française.

Carte Blanche à l'Agapé, la une
©Karine Sicard Bouvatier

L’Agapé se présente comme un restaurant gastronomique confidentiel niché dans le 17e arrondissement de Paris. L’ambiance s’y veut cosy. Le décor s’inspire de l’écume de mer, avec des murs ornés de beaux tableaux. Son concept : servir des produits saisonniers, à la fraîcheur et qualité exigeantes, privilégiant le circuit court. Ce lieu se prête donc bien au jeu de la fête des amoureux.

Carte Blanche à l'Agapé : Saint Jacques
Coquille Saint Jacques.

Son promoteur Laurent Paire et son chef Benoit Dumas ont conçu un menu « Carte Blanche à l’amour » . Dédié à la Saint Valentin, il suggère aux amoureux un repas fin, merveilleux et jouissif. Ce 14 février, cupidon a fléché les 30 couverts. Sa mission, célébrer l’amour dans une table rare et intimiste. Une promesse d’exaltation des sens gustatifs et de bonheur à découvrir.

Coquille Saint Jacques : dessert.
Dessert.

À l’amour !

Canapés et amuses bouches.
Saint Jacques, poutargue de caviar et vinaigrette aux agrumes.
Tartelette Truffée, Artichaut, Foie Gras et Cochon.
Veau, Langoustine et Caviar Petrossian.
Cavatelli à la Truffe Noire.
Boeuf et Pommes soufflées et Truffe noire.
Comté Millésimé et Truffe Noire.
Chocolat Grand Cru Nyangbo.
Mignardises.

Bon appétit !

« Carte Blanche à l’Agapé », Restaurant l’Agapé, menu dédié à la saint Valentin « Carte Blanche à l’amour », Prix : 250 € par personne, 51 rue Jouffroy-d’Abbans 75017 Paris, https://www.agape-paris.fr/ Ouvert de 12h à 14h30 | 20h à 22h30. ©Karine Sicard Bouvatier.

La maison des fragrances

Interview croisée des 2 scénaristes de la bande dessinée qui amène à Grasse, la capitale du parfum. À travers un drame familial, elle plonge dans les arcanes des parfumeurs. La BD est co-écrite par un seigneur du genre Éric Corbeyran et Christophe Mot issu de cette industrie. Piotr Kowalski, signe les dessins. Elle fourmille de rebondissements, familiaux, professionnels et sentimentaux. 

La maison des fragrances
La maison des fragrances

1/ Pourquoi avoir choisi d’inscrire cette saga familiale dans l’univers de la parfumerie ?

Christophe Mot : j’ai travaillé pendant plus de 25 ans dans le domaine du parfum et de la cosmétique. J’ai souhaité partager avec Eric Corbeyran ma passion pour cet univers créatif. Le but, faire découvrir les rouages de cette industrie prestigieuse.

2/ Quelles ont été les sources d’inspiration autour de la famille Capella ?

Corbeyran : Le monde de la parfumerie et notamment celui des maisons de composition est toujours dirigé depuis son origine par de grandes familles. Sans s’inspirer en particulier de l’une d’entre elles, l’approche du contexte familial entrepreneurial permet de renforcer la dramaturgie des relations professionnelles. Elle demeure une source d’inspiration inépuisable pour la création d’une grande saga.

Comme un brief olfactif

3/ La Maison des Fragrances est une série qui se déroule dans un univers très codé : la parfumerie. Comment vous êtes-vous documenté ?

Christophe Mot : Avec Eric, nous avons tout d’abord partagé ensemble mon expérience du monde de la parfumerie, depuis la conceptualisation, jusqu’à la création puis la commercialisation d’un parfum ainsi que les parallèles avec le monde du vin pour lequel nous avons une passion commune.

Ensuite, avec l’aide notamment de The Fragrance Foundation France, nous avons organisé des rencontres avec des acteurs principaux de l’industrie. De grandes maisons nous ont ouvert leurs portes. Nous avons participé à la prestigieuse soirée annuelle organisée à Paris par la Fragrance Fondation. Celle-ci récompense les meilleurs parfums. Enfin, nous avons enfin rencontré des maîtres parfumeurs dans leur laboratoire. Afin qu’ils nous révèlent- mais toujours sous le sceau du secret- les arcanes de la création d’un nouveau « jus ».

4/ Pourquoi avoir choisi le support de la bande dessinée pour raconter cette saga familiale ?

Christophe Mot : À la source de la création d’un parfum, il y a toujours une recherche d’association entre des mots et des images. C’est ce qu’on appelle un « brief olfactif ». Quoi de mieux du coup que la bande dessinée pour illustrer cette démarche créative ! Passionné par la Bande Dessinée, travailler avec Eric Corbeyran était à la fois un rêve et une évidence pour mener à bien ce projet.

5/ La fin du tome 1 laisse entrevoir des drames et tragédies à venir au sein de la famille Capella et de son entourage : avez-vous déjà la suite en tête ?

Corbeyran : Nous avons déjà en tête la trame des prochains développements de l’intrigue chez les Capella qui promettent de nombreux rebondissements afin de faire découvrir au lecteur d’autres facettes du monde de la parfumerie.

La maison des fragrances, scénaristes : Éric Corbeyran et Christophe Mot, dessins : Piotr Kowalski. Format : 23,5 x 31,3 cm • Pages : 56 • Prix : 14,95 € En librairie le 26 février 2020. Édition Robinson http://www.editions-robinson.fr/

Straker s’empare de Paris

Straker s’empare de Paris

L’artiste muraliste internationalement connu s’expose en France en grande première. Il présente une oeuvre éphémère au Canal Saint Martin et 17 murals et 20 vitrines de façades de boutique à la Vallée Village.

Straker s’empare de Paris

Organisée par la Vallée Village, située en banlieue parisienne, l’exposition de Straker dure jusqu’en mai 2020. Comme Banksy http://parisluxus.fr/banksy-sexpose-a-paris ou JR, cet artiste australien a pour espace d’expression la rue. Ses créations sont des trompe-l’oeil lumineux étalés sur des fresques murales géantes.

Sa prestation inaugure l’année 2020 de La Vallée Village. L’outlet de luxe lance sa campagne « Let Yourself Glow » : révélez-vous ! Un concept destiné à pimenter et dynamiser les vies et les envies de mode. Au programme shopping, plus de couleurs, sneakers, sweat shirts et produits de beauté éclatants. La Vallée Village réputée pour être le repère de grandes marques Bon Chic Bon Genre, se la joue street art donc cool et relaxe.

« Le néon style »

Straker s’empare de Paris : Canal Saint Martin
Fresque éphémère du Canal Saint Martin

Les influences de Straker sont le skate-board et la culture du graffiti new yorkais. Il a développé une technique unique : le bombage au spray fluorescent. Avec ses fresques monumentales taguées en Australie, à Hong Kong ou à New York, il déploie son Neon Style. Ce genre donne l’illusion du néon en deux dimensions et non en trois. Strake : « Je commence par peindre ce qui sera le reflet du néon. Puis je pulvérise la couleur, créant ainsi l’éclat. J’applique ensuite un contour décalé, qui sera vu comme le « tube » de néon. Enfin, je vaporise à nouveau de la couleur pour la touche finale. » 

Straker s’empare de Paris : Straker à l'oeuvre
Straker s’empare de Paris

Avec le talent d’un prestidigitateur, Straker crée des fééries, des enchantements qui transposent au pays des merveilles. La Vallée Village fait un beau coup en abritant la première apparition française de l’artiste.

Straker s’empare de Paris, Vallée du Village, Val d’Europe, 3 cours de la Garonne 77 700 Serris, jusqu’en mars 2020. https://www.tbvsc.com/la-vallee-village/fr