Ruinart fait peau neuve

La plus ancienne des maisons françaises de champagne change de packaging. Son nouvel emballage se présente comme : disruptif, écologique, sans plastique, 100% recyclable… Une autre ère s’inaugure ?

Ruinart fait peau neuve :  nouvel écrin.
Le nouvel écrin appelé à remplacer les coffrets.

La Maison Ruinart a un nouveau packaging pour ses cuvées R, R Millésimé, Rosé et Blanc de Blancs. Il se veut révolutionnaire parce qu’éco-conçu, zéro plastique, 100 % recyclable et plus léger. Cet étui remplacera les coffrets utilisés jusque-là. Il sera dévoilé lors du salon Vivatech, en juin 2020, à Paris, et déployé progressivement en Europe de l’Ouest à partir du 4e trimestre.

L’histoire de l’entreprise champenoise se conjugue depuis ses origines avec innovation. Après nombre de nouveautés, elle développe cette fois-ci un écrin innovant donc. Il se compose de fibres naturelles de bois des forêts européennes (éco-gérées), facilement et intégralement recyclables. Son rôle consiste à préserver l’intégrité du goût Ruinart jusqu’à la dégustation. Comme une seconde peau en papier, il épouse et souligne les courbes emblématiques du flacon. Son touché brut est une évocation raffinée des Crayères, caves historiques de la Maison, classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. La mise au point de cette texture est une performance technologique.

Disruption écologique

Ruinart fait peau neuve, emballage plus léger.

Le nouvel étui est 9 fois plus léger que le précédent coffret. Il réduit de 60 % l’empreinte carbone par rapport à l’actuel emballage. La Maison a initié une démarche d’éco-conception dès 2012. C’est donc une étape de plus vers un développement éco responsable. Ruinart veut être plus respectueuse de l’environnement, de la vigne à la dégustation.

Fondée en 1729, la Maison Ruinart est celle de toutes les audaces. Toute première à produire le champagne, elle fut aussi la première : à commercialiser un champagne rosé en 1764, à acquérir des crayères millénaires idéales pour le vieillissement des vins, à collaborer avec des artistes en 1896 en commandant à Alphonse Mucha de réaliser une « réclame » pour promouvoir ses vins, à utiliser des caisses en bois pour le transport de ses flacons en 1769…

« Avec cet étui seconde peau, la Maison Ruinart confirme son rôle pionnier en Champagne, et son ambition en termes de responsabilité sociale et environnementale. Ce projet disruptif incarne en termes de packaging notre engagement pour un développement plus durable sur l’ensemble des étapes d’élaboration et de commercialisation de nos produits, depuis la conduite de la vigne jusqu’à l’expérience de consommation. » explique Frédéric Dufour, Président de la Maison Ruinart.

Ruinart fait peau neuve, https://www.ruinart.com/fr-e L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *