Le Labo, une originalité en parfumerie

Deux copains travaillant chez l’Oréal décidèrent un jour d’apporter un peu de disruption dans l’industrie de la beauté. Leur entreprise est un succès international.

« Nous pensons qu’un grand parfum doit provoquer un choc : celui de la rencontre entre l’infiniment différent et l’intimement familier. » Cette maxime guide Edouard « Eddie » Roschi et Fabrice Penot les promoteurs du Labo de Parfums et les parfumeurs avec lesquels ils travaillent. Pour parfaire le tout, un concept commercial caractérise cette offre.

En fait, Le Labo montre tout. Sa gamme de parfums est exposée au public. Le client fait son choix après avoir testé parmi les unisexes, les féminins ou les masculins. Ensuite, il passe sa commande et son parfum est mis en flacon devant lui. Un nombre suit chacune des fragances baptisée du nom du principal ingrédient qui le compose. Il représente la quantité de ces intrants tous récoltés dans la ville de Grasse, en France. Elles sont divisées en 2 grandes catégories : les Cities Exclusivities et les Fines Fragrances. Ensuite la quantité déterminera le prix.

Moi j’ai eu un coup de foudre pour Santal 33, pris en 50 ml. Coût : 155 €. La gamme se décline en eau de parfum, savon, baume liquide, gel douche, lotion hydratante, huile de massage, huile de parfum, parfum solide, détergent…

Le Labo est sans doute aujourd’hui une valeur sûre dans la parfumerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *